Manger juste [pt]

« Je suis à la dois ce que je mange et ce que je ne mange pas » Jean-Philippe de Tonnac

Cette phrase est devenu un « mantra » chez moi quelques jours après avoir lu le magazine le plus intelligent que j’ai trouvé. Le magazine, bien sûr, est français et s’intitule « Question de ». Il est écrit sous la direction de Marc de Smedt. Les articles sont compilés dans un format similaire à celui d’un livret et sont publiés quatre fois par année. Les rédacteurs cherchent à explorer la plus haute qualité en pleine conscience du contenu, plutôt que de la quantité. Chaque nouvelle saison de l’année est publiée une édition du magazine avec un focus précis. Dans cette dernière édition, les articles sont tous liés à l’exploration infinie de notre corps.

C’est avec cette phrase que nous commençons à créer un Univers avec un nouveau mode de consommation, plus conscient. La mode des diététiques, la mise en avant des vertus du jeûne, tout cela dépasse le cadre des régimes, car autre chose se trouve ici en jeu: une nouvelle éthique du corps. En naviguant dans les réseaux sociaux, nous trouvons encore beaucoup de gens qui se concentrent sur les derniers régimes alimentaires, régimes et miracles qui sont à la mode pour avoir une « taille de guêpe ». Tout est à la recherche d’un idéal, peut-être, pour rester jeune ou pour paraître en bonne santé. Puis à quel prix? La grande question que nous posons en ce moment est: entrons-nous dans une nouvelle ère tournée vers l’éthique du corps?

Pendant mon CAP Cuisine en France, j’ai pu observer beaucoup d’antagonisme dans cet environnement. Par exemple: une des personnes que j’ai rencontré a un corps « esthétiquement » beau mais quand j’ai regardé de plus prêt ses habitudes alimentaires m’ont choqué. Elle se prive de tout et ne consomme que les calories nécessaires au corps d’une femme.

Je crois que ce dont nous avons besoin dans notre vie, c’est d’équilibre. Un tel équilibre, si simple à écrire et si compliqué à réaliser. En vérité notre corps est suffisamment intelligent et il sait ce que nous devons ou ne devons pas ingérer. Pour atteindre l’équilibre nous devons prendre des décisions et des actions ultérieures qui passent par le chemin de la connaissance de soi, de la réalisation et de la pleine conscience.

Nous ne pouvons atteindre ces moments d’équilibre qu’une fois que nous avons fait le tour de nous-mêmes. Comme le corps humain est merveilleux, nous savons (chacun respectant sa structure osseuse, sa génétique et son histoire de vie) quel type d’alimentation est bon pour notre corps et en quelle quantité idéale. Il n’ y a pas de formule parfaite pour tout le monde. Le penseur italien Guido Ceronetti dans son livre: Le silence du corps, Édition Albin Michel, 1984, dit déjà: » Tout ce que nous mangeons est bon pour notre santé ». Permettez-moi, moi de rajouter, que tout ce qui est consommé de façon équilibrée et qui vient d’un endroit où le respect pour lequel il est planté existe logiquement nous fera du bien.

Chacun doit pouvoir trouver la formule secrète de son bien-être, de sa liberté intérieure. C’est pourquoi je crois que l’important est de manger un peu de tout. C’est une nouvelle Tendance? à voir dans les prochaines articles.

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *